OBJECTS IN MOTION WILL STAY IN MOTION

EXPOSITION PERSONNELLE

KEVIN-ADEMOLA SANGOSANYA

19 mars - 16 avril 2022

KEVIN-ADEMOLA SANGOSANYA _OBJECTS IN MOTION WILL STAY IN MOTION, An in depth conversation
Balikisu Sungbo #2
press to zoom
Balikisu Sungbo #1
press to zoom
Idols and worshipers
press to zoom
l'expérience de la matière selon IFA, Yoruba trinity
press to zoom
Eshu no bi Satani
press to zoom
RELIQUAIRE
press to zoom
Sans titre
press to zoom
Sans titre
press to zoom
Sans titre
press to zoom
Sans titre
press to zoom
Sans titre
press to zoom
Sans titre
press to zoom
1/1

OBJECTS IN MOTION WILL STAY IN MOTION (An in depth conversation with the Ori) est une zone à haute fréquence sensorielle et symbolique qui nous invite à entrer en résonance avec celle de notre intuition spirituelle appelée « Ori » dans la cosmogonie Yoruba. Signifiant littéralement « tête », ce concept métaphysique guide les réflexions de l’artiste d’origine française et nigériane, Kevin-Ademola Sangosanya, sur la question de l’individualité et l’accompagne jusque dans les processus de fabrication de ses œuvres récentes :

Catalina Peña – Tu as fait des études d’agronomie tropicale et d’agriculture de développement durable. Qu’est-ce qui t’a donné envie de poursuivre une voie artistique ?

Kevin-Ademola Sangosanya – Je me suis intéressé à cette espèce de petite voix que tu peux avoir à l'intérieur de toi, qui dit : « c’est ça, c’est ça ce que tu dois faire ». En Occident, on l'appelle  l'inconscient ou le surmoi et constitue une des instances de notre être psychique avec le conscient. Dans la culture spirituelle Yoruba, cette petite voix serait « l’Ori ». Ton être, tout entier, est composé d'un esprit et d‘une tête qui vivent incarnées dans le corps.

La tête est un moteur.

Ton esprit choisit une « tête » qui va le guider dans son incarnation physique. Elle a des particularités, des goûts qu’il faut savoir écouter. Par exemple, si ton moteur est celui d’un bateau mais que tu l'utilises dans le désert, il ne va pas marcher. Si ton moteur est celui d’une voiture et que tu l’utilises pour naviguer, il ne va pas marcher.

CP – Comment accèdes-tu  à cette « tête » ?

KAS – Dans la culture spirituelle Yoruba, il existe beaucoup de rituels et de cérémonies réalisés dans des forêts sacrées, aux pieds d’arbres sacrés ou avec du matériel végétal. La forêt fonctionne comme un portail vers le monde invisible, celui des esprits, dont ceux des ancêtres et des orishas (des divinités). 

D’où tu viens-tu ?

Chaque village a une forêt spécifique qui lui est attribuée, entretenant un lien familial avec les origines. Elle est un lieu physique où tu peux te connecter avec les esprits qui y vivent. En te connectant à eux, tu as accès à la tête, à tes origines… 

La forêt, pour Kevin-Ademola, fût toujours là. Les esprits aussi. La tête, sa tête, les têtes, nos têtes, y divaguent jusqu’à être écoutées.

Travaillant des manières de s’approcher de l'invisible, Kevin-Ademola entretient un rapport spirituel et symbolique à l’image, elle-même indissociable de la matière. Des coquillages, des écorces d’arbre, des feuilles, des matières sacrées nées des entrailles de la terre et recueillies par l'artiste lors de son dernier voyage au Nigeria, ainsi que des objets récupérés sont autant de signes, dans ses oeuvres, des dynamiques historiques, socioculturelles et politiques de la cosmogonie Yoruba.

Les œuvres de Kevin-Ademola se découvrent dans un rituel : celui de l’exposition. Au rez-de-chaussée, les œuvres Eshu no bi Satani et Idols and Worshipers révèlent des réflexions sur la place politique des divinités Yoruba dans un contexte contemporain. À leurs côtés, des têtes aux traits flous et fugaces murmurent dans l’obscurité profonde et calme de la forêt de Balikisu Sungbo à Oke Eri (Sans titre Balikisu Sungbo #1 et #2) modelée par des feuilles broyées, bouillies et séchées. Comme à l’image du mythe de la caverne de Platon mais cette fois-ci inversée, en descendant les escaliers de la Galerie La La Lande, les têtes flottantes de la série Sans titre font écho à un voyage introspectif de l’artiste dans son installation vidéo An indepth conversation with the Ori, et assistent avec nous au mythe de l'incarnation dans L'expérience de la matière selon Ifa.

Catalina Peña

Commissaire de l’exposition

 

Télécharger le portfolio de l'artiste

Demander le catalogue de l'exposition