Viewing Room

"BARNA 2020"

THILLELI RAHMOUN

Auca  4
press to zoom
Auca 5
press to zoom
Auca 9
press to zoom
Auca 7
press to zoom
Auca 10
press to zoom
Auca 15
press to zoom
Auca 14
press to zoom
Auca 12
press to zoom
Auca 16
press to zoom
Auca 18
press to zoom
Auca 22
press to zoom
Auca 25
press to zoom
1/4
Auca 26
press to zoom
Auca 27
press to zoom
Auca 28
press to zoom
Auca 31
press to zoom
Auca 33
press to zoom
Auca 40
press to zoom
Auca 35
press to zoom
Auca 39
press to zoom
Auca 41
press to zoom
Auca 43
press to zoom
Auca 47
press to zoom
Auca 44
press to zoom
1/3
Auca 6
press to zoom
Auca 46
press to zoom
Auca 2
press to zoom
Auca 38
press to zoom
Auca 32
press to zoom
Auca 13
press to zoom
Auca 36
press to zoom
Auca 20
press to zoom
Auca 29
press to zoom
Sans Titre
press to zoom
BNC 2020
press to zoom
Avion X
press to zoom
1/2
Petit Format #1
press to zoom
Petit Format #2
press to zoom
Petit Format #3
press to zoom
Petit Format #4
press to zoom
Petit Format #5
press to zoom
Petit Format #6
press to zoom
Petit Format #7
press to zoom
Petit Format #8
press to zoom
Petit Format #9
press to zoom
1/1

« Au milieu de l'année 2018, Thilleli Rahmoun rejoint la communauté artistique de La Escocesa, centre de création analogique à Barcelone, pour y développer un projet sélectionné par appel d’offres public. En l'espace de deux ans, elle devient une artiste pleinement implantée et engagée dans son environnement, appréciée non seulement au sein du collectif d'artistes, mais également entant que partie prenante d’un quartier qu'elle a exploré, vécu et intégré très profondément dans sa trajectoire de vie.

 

L’œuvre de Thilleli Rahmoun nous parle avant tout de ces mouvements. Elle montre comment le voyage – non pas le productif ou le superficiel communément pratiqués, mais plutôt sa forme la plus profonde, celle qui se laisse piéger et dialogue avec les désirs et les affections de chaque instant – est la cause et l’effet d’une subjectivité toujours en évolution et d’une construction identitaire. Identité imprégnée de chaque déplacement aux confins de son propre monde et de chaque pas jusqu'au recoin le plus proche.

 

L’Auca al revés explore justement ces transits qui nous semblent familiers.

 

Ce projet illustre la manière dont nous configurons nos mouvements routiniers et comment émergent de façon inattendue de nouveaux imaginaires rattachant le quotidien avec ce que nous laissons derrière. Cette auca particulière car inversée, nous invite à parcourir les rues de Poblenou.

 

Provençals, quartiers complexes dont les voix se chevauchent. Elle incite à voyager parmi ses habitant-e-s et ses histoires non officielles, jamais écrites, sous le prisme du regard intime d’une artiste attentive qui les associe à son passé particulier, connectant l’Algérie à la Colombie.

J’ai quelques fois qualifié de « transtopies » les résultats générés par la méthodologie artistique de Thilleli Rahmoun. Par ses compositions diverses, sa vision propose une série de transmutations de l’espace, alternatives possibles aux normes strictes et rigides qui caractérisent les connexions standardisées entre deux points géographiques d’un système déterminé. De ces transmutations découlent des scénarios fictifs, soutenus par quelques représentations ponctuelles de moindre envergure de lieux qui existent cependant dans la réalité, et bien souvent déjà ressentis par l’artiste comme étant familiers. La transformation de ces perceptions en espaces alternatifs est inédite en ce que Thilleli génère au travers de ces associations par son empreinte et l’action de sa main.

 

Il ne s'agit donc pas de territoires strictement fictifs comme le sont les utopies, imaginées à partir d'un absolu, mais plutôt de « transtopies », entendues comme une série de croisements impossibles entre plusieurs lieux réels.

 

L’arbitraire manifeste de ces traversées invraisemblables a pour point de départ le vécu personnel de l’artiste, expérience liée au hasard ou au destin vital qui la conduit inévitablement à raccorder différents territoires décalés en apparence. La reconnexion de ces espaces par une connaissance sensible et subjective met en danger les substrats géopolitiques sur lesquels sont établis les épicentres notoires du « sens », simulacres qui précèdent et s'imposent à l’expérience phénoménale.

 

L’Auca al revés est, en ce sens, un hommage chargé politiquement que Thilleli Rahmoun offre au quartier et à sa population par son action artistique, Il s’agit d’une représentation suggestive émanant d'un regard vrai et nu, qui creuse les profondeurs d’une histoire complexe afin de l'extraire de constructions aliénantes en recherche permanente d'officialité. »

 

Enric Puig Punyet, 2021

Ancien directeur de La Escocesa, Centre de création analogique à Barcelone

Directeur de Arts Santa Monica à Barcelone